L’importance du jeu dans le développement de l’enfant.

Les adultes et les parents s’émerveillent toujours devant un enfant en train de jouer. Car l’enfant rayonne. Il est heureux. Il est dans son élément. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, remarquez comme il est aussi extrêmement concentré, attentif, précis. Car pour l’enfant, le jeu n’est pas un délassement. Ce n’est pas quelque chose qu’il fait après sa journée de travail pour se reposer. Le jeu constitue son activité principale. Il est essentiel pour lui. D’ailleurs, quand l’enfant joue, il est difficile de le déconcentrer. Car le jeu est un extrêmement important pour lui. Les sciences cognitives viennent aujourd’hui renforcer nos connaissances sur l’importance du jeu dans le développement de l’enfant.

Jouer est vital pour l’enfant.

Jeune enfant jouant aux petites voitures
Jeune enfant jouant aux petites voitures

Comme tous les parents s’en rendent forcément compte, le jeu est l’activité principale du nourrisson et du petit enfant pendant ses périodes d’éveil. On pourrait dire qu’il évolue dans le jeu comme un poisson dans l’eau. C’est son élément naturel. Il s’y adonne instinctivement dès son plus jeune âge sans qu’il soit besoin de l’y contraindre. D’ailleurs jusqu’à l’âge de 7 ans, en dehors de ses besoins élémentaires, l’enfant ne pense principalement qu’à jouer. C’est d’ailleurs ce que constatent la plupart des éducateurs de jeunes enfants.

Comme le dit Catherine Gueguen dans « Vivre heureux avec son enfant » :

La vie est un jeu pour le petit enfant. Jouer est vital pour lui. Par le jeu, il découvre et s’approprie le monde. Quand il joue, il vit pleinement, intensément. […] Il n’a pas de notion du temps et ne vit que dans le présent. Il aime prendre son temps, vivre au rythme de ce qui l’intéresse. Alors, il se passionne, il se donne à fond, avec un immense plaisir. (cf. Panksepp ADHD ; Milteer 2012).

Quand l’entourage est bienveillant, son enthousiasme, sa curiosité pour comprendre le monde, sa créativité sont infinis. Il est épatant de savoir que plus l’enfant éprouve de plaisir, plus il est motivé, concentré, et plus il est ouvert à la vie. Quand il joue, il « absorbe » le monde environnant, il apprend avec tous ses sens. Il répète sans se lasser un geste pour l’apprivoiser. Et il regarde, observe, contemple, écoute, touche, prend, caresse, goûte, sent. Il s’émerveille devant les couleurs, le rythme, la musique. (p. 15)

Jouer développe le cerveau de l’enfant.

Les neurosciences cognitives ont fait de grandes avancées ces dernières années. Les recherches menées valident l’approche bienveillante en expliquant la production bénéfique d’ocytocine dans le cerveau. D’autres hormones régulent également le bien-être de l’enfant, et favorisent les apprentissages.

Ce qui donne de la joie à l’enfant est bon pour son développement cérébral. Jouer, rire, s’amuser, se rouler par terre, grimper, courir sont indispensables et font maturer le cerveau. Dans ces moments-là une molécule cérébrale appelée le BDNF (Brain-Derived Neurotrophic Factor) est sécrétée. Ce BDNF est un facteur de croissance neuronale qui intervient dans le prolifération, la survie, la différentiation des neurones et leurs connexions et assure le bon développement du cerveau. (CF Gordon 2003)

J’entends déjà les commentaires : « Mais la vie réelle, ce n’est pas cela ! Il faut leur apprendre les limites. » Oui, bien sûr, les adultes doivent savoir exprimer leur désaccord, transmettre des valeurs, montrer la voie. Ils sont des guides, mais l’essentiel est d’agir avec douceur et compréhension. Ils ont conscience de s’adresser à un enfant fragile, immature, et ils n’ignorent pas qu’il faut du temps pour forger un adulte et des trésors de patience. (Catherine Gueguen Op. Cité pp. 15-16)

Pour en savoir plus : le jeu et la bienveillance au regard des neurosciences cognitives.

Il faut laisser les enfants jouer le plus longtemps possible.

Jeune enfant jouant aux marionnettes
Une jeune enfant joue avec une marionnette – Image Pezibear de Pixabay

Pour l’adulte, le jeu est souvent considéré comme une perte de temps. Il n’est qu’un délassement, une activité récréative. La plupart des adultes ignorent l’importance du jeu dans le développement de l’enfant. Alors qu’au contraire, le jeu est essentiel pour aider l’enfant à construire sa personnalité et son identité. Le jeu est le moyen le plus naturel de développer son intelligence et ses capacités aussi bien manuelles qu’intellectuelles. Il lui permet également de comprendre et d’appréhender le monde qui l’entoure. C’est ainsi au travers des jeux de société et des jeux collectifs qu’il arrive à s’intégrer dans un groupe et ainsi à trouver sa place. Entre autres, et pour ce qui nous concerne, le jeu permet à l’enfant de découvrir et d’apprendre en se faisant plaisir. Il lui permet aussi de faire travailler son imagination et sa créativité. Bref, les vertus du jeu pour le développement de l’enfant sont innombrables.

Le jeu et les apprentissages scolaires dans le développement de l’enfant

Or, il se trouve que dans notre système éducatif, dès que l’enfant rentre à l’école primaire, il cesse presque complètement ces activités ludiques, à part à la récréation et pour quelques sports collectifs. La transition est relativement brutale, mais est-elle nécessaire ? Autrement dit, ne pourrions-nous pas continuer à utiliser le jeu pour les apprentissages scolaires ?

L’enfant subit alors un véritable stress. Car il est partagé entre l’affection et la confiance naturelle qu’il porte dans ses parents et dans les adultes en général, et son besoin irrépressible de jouer. D’autant plus qu’on lui explique qu’il va devoir apprendre sans jouer, alors que le jeu a été son mode d’apprentissage principal jusque-là. Car l’enfant n’avait pas l’impression d’apprendre en jouant. Et il va devoir le faire consciemment. Mais peut-on se forcer à apprendre ? N’est-ce pas au contraire un processus naturel ?

« Apprendre n’est pas une chose que l’on fait : apprendre est une chose qui nous arrive. » André Stern

Les atouts des apprentissages par le jeu

De très nombreuses études encouragent l’apprentissage par le jeu en âge préscolaire. Il est intéressant à ce stade de faire la distinction entre le jeu libre et le jeu dirigé. Le jeu libre est – comme son nom l’indique – un jeu où l’enfant garde l’entière maîtrise de ce qu’il fait. Dans le jeu dirigé, l’éducateur ou le parent va orienter le jeu pour amener l’enfant à acquérir certaines capacités ou certaines notions.

Mais la question des apprentissages scolaires par le jeu à partir de l’école primaire se fait plus sporadique. Sur le web francophone, les premières études qui ressortent sont canadiennes, belges, suisses. Comme si la question était tabou, ou en tout cas occultée, dans l’hexagone.

Les apprentissages scolaires par le jeu ont de sérieux atouts qu’il serait dommage de négliger :

Apprendre par le jeu, efficace parce que plaisant.

Jeux orthophonistes - Image : www.relations-publiques.pro
Jeux orthophonistes – Image : www.relations-publiques.pro

Leur premier atout, c’est que l’enfant acquiert de la confiance en lui, car il n’est pas évalué pendant le jeu. Il gagne ou il perd, mais c’est dans le jeu, pas dans la vie. Ou bien même, tout le monde gagne dans les jeux coopératifs, qui sont à préconiser évidemment.

D’autre part, le jeu favorise la créativité et donc laisse l’enfant dans une attitude positive, d’ouverture.

Mais surtout, comparé au travail, le jeu conserve un caractère plaisant aux yeux des enfants. Car c’est une activité qui est – et qui doit rester – amusante et délassante. Et donc, c’est une activité choisie par l’enfant, au contraire des devoirs ou même des cours didactiques. Or, il est absolument indispensable que l’enfant soit moteur dans ses apprentissages. On ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif, dit-on. Mais essayez de faire apprendre quelque chose à un enfant qui n’en a pas envie ! C’est la même chose. Si votre enfant n’a pas envie de manger, vous allez le forcer ? Cela serait totalement contre productif. C’est pour cela que le jeu se révèle particulièrement efficace pour les apprentissages scolaires.

Pas d’objectif précis, mais l’avantage de la répétition.

D’autre part, le jeu permet beaucoup plus de souplesse par rapport au travail. On n’attend pas un effet précis, immédiat, du jeu. Il faut en effet tenir compte du principe de répétition. Car une notion ou un savoir ne peut s’acquérir et se mémoriser en une seule fois. Or, le jeu permet justement de revenir sur des notions ou des savoirs. Mais il le fait en douceur, contrairement au devoir, ou à la leçon qu’il faut apprendre. Le jeu peut ainsi permettre l’acquisition de savoir ou de compétences plus difficiles à acquérir par les pédagogies traditionnelles.

Les apprentissages par le jeu s’adressent à tous les enfants, même ceux en difficulté.

C’est pourquoi nous défendons l’idée que le jeu devrait être le support privilégié dans le domaine des apprentissages scolaires. D’autre part, il fait souvent appel à des aptitudes différentes des apprentissages classiques, car tous les supports peuvent être envisagés : sonores, visuels, mimes, pâtes à modeler, etc. mobilisant ainsi les capacités propres à chaque enfant. Tous les enfants ne sont pas forcément à l’aise avec l’écrit, eh oui, c’est une réalité.

Les apprentissages par le jeu peuvent être également une opportunité pour tous les jeunes qui commencent à décrocher du système classique, car ils ne s’y retrouvent pas, pour de nombreuses raisons.

En conclusion

Le jeu est la principale source de développement des enfants, que ce soit sur le plan affectif, social, physique, intellectuel. D’ailleurs, quand on parle de jeu, c’est de toute activité ludique dont nous devrions parler. Car il existe une telle variété et une telle diversité de jeux que l’inventaire en serait fastidieux. En poussant à l’extrême, toute activité pourrait presque être détournée pour pouvoir être abordée sous l’angle du jeu avec l’enfant.

Ainsi, le jeu permet de conserver à l’enfant le désir et le plaisir d’apprendre. Car cette volonté est essentielle dans son développement aussi bien physique que psychologique, et c’est un domaine sur lequel le système classique est le plus défaillant. Le jeu est donc un outil formidable pour les apprentissages scolaires qu’il serait dommage d’ignorer.

Alors, vous avez déjà testé les apprentissages scolaires par le jeu ? Si ce n’est pas le cas, c’est l’occasion où jamais. N’hésitez pas à nous faire part de vos impressions ou de vos retours d’expériences dans les commentaires.

Partager sur les réseaux sociaux :
  •  
  • 4
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

Une pensée sur “L’importance du jeu dans le développement de l’enfant.

  • 19 juin 2019 à 0 h 01 min
    Permalink

    Bonjour

    Très intéressant votre article. Votre article a plein de valeurs, j’ai beaucoup aimé tout ce qui a été dis.

    Je suis Edward, Passionné par la parentalité bienveillante en particulier. Je suis entrain de créer un blog sur le sujet.

    Cordialement
    Edward du blog Parentalité-consciente

    Répondre

Laisser un commentaire

Téléchargez gratuitement votre livret : "Comment détourner leur jeu de société préféré en vue d'apprentissages scolaires "