Créer ses propres jeux pédagogiques ?

Nous lancer dans l’Instruction en Famille (IEF) fut une aventure extraordinaire. Comme dans toute aventure, nous avons tâtonné, expérimenté, observé… Puis un jour, nous avons fait la connaissance d’une maman “non-sco” qui pratiquait les apprentissages informels à ses 5 enfants. Et ça été le déclic ! Le jeu pédagogique est entré dans notre maison et des tas d’idées de jeux pédagogiques ont commencé à fourmiller dans ma tête. Et les enfants ont plongé avec bonheur dans l’apprentissage par le jeu.

Première étape : le jeu pédagogique à imprimer.

Après plusieurs recherches sur internet, j’ai trouvé des jeux pédagogiques mis à disposition sur des pages ou des blogs perso. Mes 2 grands avaient alors 8 et 10 ans et le premier jeu fut un jeu du style trivial poursuit : un jeu de plateau avec des questions portant sur le programme de primaire. Ils réclamaient à y jouer tous les jours et au bout de 2 semaines, ils connaissaient par cœur les réponses. Heureusement, ce jeu était proposé en version imprimable et modifiable. J’ai donc commencé à réfléchir à de nouvelles questions pour faire d’autres cartes. C’était plutôt simple ! Il me suffisait de regarder par internet les compétences et les notions à connaître à leur niveau, en l’occurrence du CE1 au CM1.

Deuxième étape : créer son propre jeu pédagogique !

En les regardant jouer et apprendre avec tant de bonne humeur et d’entrain je me suis mise à chercher d’autres jeux. J’étais tombée sur un site fabuleux qui me permettait d’avoir rapidement de quoi les nourrir ! Car ils ne voulaient faire que ça ! JOUER ! J’ai donc imprimer plusieurs jeux qui abordaient différentes notions. Je remerciais intérieurement toutes ces personnes qui avaient toutes ces idées et qui les mettaient à portée… d’imprimante ! Et puis j’ai eu envie de créer mes propres jeux ! Mon cerveau bouillonnait d’idées et je me suis lancée. Car la recette est simple ! Les programmes de l’éducation nationale, de la créativité, des crayons et du papier, un ordinateur et une imprimante ! Jouer reste naturel lorsqu’on a des enfants et à fortiori quand on pratique l’Instruction en Famille ! Je me suis également lancé dans la création de lapbooks. Ils sont également super pour les apprentissages. Nous en parlerons dans un prochain article.

Détourner des jeux de sociétés : une autres idées pour les apprentissages.

J’ai donc créé des jeux à imprimer en fonction des notions que les enfants devaient acquérir. Et puis, face à mes étagères remplies de jeux de société, j’ai eu l’idée de les transformer. Vous prenez le jeu de société préféré de votre enfant et vous le métamorphosez en jeu pédagogique ! Encore plus simple ! Pas de plateau de jeu à créer, vous avez tout les éléments dans la boite ou presque. Il vous faut une idée pour modifier la règle du jeu et créer des cartes questions. Ils ont ainsi révisé des notions de mathématiques du programme de 6e et 5e en jouant à LABYRINTHE, élargis leurs connaissances dans toutes les matières du programme de CM2/6e en jouant à HOTEL, ETC… La liste des jeux que l’on peut créer pour faire acquérir le programme de l’Éducation nationale est infini, pour la plus grande joie des petits et des grands!

A travers ce blog, nous espérons vous donner la possibilité d’offrir à vos enfants le plaisir d’apprendre par le jeu et ainsi retrouver l’envie d’apprendre, de réviser, d’approfondir leurs connaissances. Nous espérons apporter aux parents pris par le temps ou par le manque de créativité des jeux nécessaires aux apprentissages scolaires de leurs enfants. Et nous voulons aussi transmettre à ceux qui le souhaitent les conseils dont ils auraient besoin pour devenir autonomes dans la création de jeux pédagogiques. Et pour cela, nous vous proposons dès à présent de suivre toutes les étapes de la création d’un jeu pédagogique ! Allez, c’est parti ! Lançons le dé et avançons notre pion !

LA CASE “DÉPART” : LE BESOIN

En effet, si je créé un jeu, c’est que j’en ai besoin ! Car je vous rappelle qu’il est ici question de créer un jeu pédagogique ! Et un jeu pédagogique a un but d’apprentissage précis contrairement au jeu éducatif.

Alors voilà : Scooby-Doo, mon fils de 9 ans, connaît ses tables de multiplications, mais pas sur le bout des doigts ! (Sauf la table des 9 !). J’ai donc décidé de créer un jeu qui va lui permettre de réviser ses tables tout en s’amusant, tout seul ou avec un compagnon de jeu.

Un jeu où il pourra jouer aussi tout seul… c’est une bonne idée, non ? Parce que c’est bien aussi qu’il apprenne à être autonome dans ses apprentissages !

Maintenant que le besoin a été défini, nous allons passer à la case suivante !

2e CASE : LE RÉVEIL DES IDÉES !

 

Et oui ! Maintenant que le besoin a été déterminé, il va falloir faire venir les idées !

Pour m’aider, je fais un brainstorming. Je m’explique ! Je note sur une feuille blanche tout ce qui me passe par la tête comme idées en rapport avec ce futur jeu pour apprendre les multiplications !

Ce brainstorming va être le point de départ de ma création de jeu. En effet, toutes ces idées qui fusent dans ma tête alors que j’imagine mon futur jeu, seront notées sur le papier.

Par exemple je veux que ce jeu :

  • Permette à un enfant d’apprendre ses tables de multiplication,
  • soit amusant,
  • ait un plateau de jeu attractif,
  • donne envie d’y jouer plusieurs parties et régulièrement,
  • contienne des sortes de récompenses…
Extrait de mon Brainstorming

Ensuite, je relis mon brainstorming et je vais pouvoir trier mes idées : celles qui correspondent au plateau de jeu, celles qui correspondent aux accessoires (cartes, pion, dé…) ou encore celles qui correspondent au but ou à la règle du jeu.

Certaines idées ne vont plus me paraître bonnes et d’autres vont me pousser à les approfondir.

Je me fixe des contraintes !

Je souhaite que mon jeu ait certaines particularités. Aussi, je vais les définir pour guider ma conception du jeu.

  • Je ne souhaite pas un simple plateau de jeu où on avance son pion de case en case au rythme du dé.
  • l’idéal serait que l’apprentissage se fasse table par table (une partie/une table) et qu’il soit réversible (2 x 5 = 10 mais 10 = 2 x 5).
  • le jeu doit être jouable pour un ou deux joueurs.
  • Je veux que les deux joueurs aient les mêmes chances de gagner.

Bien ! Nous pouvons avancer à présent ! Lançons le dé et découvrons la prochaine case !

3e CASE : LA CRÉATION DE JEU PÉDAGOGIQUE

  • Le besoin a été défini
  • Les idées ont été débroussaillées grâce au brainstorming et à la mise en place des contraintes

Voici le moment de me lancer dans l’ébauche de mon jeu ! La véritable créativité qui est en moi va se réveiller !

Cette étape est importante ! Je vais concrétiser tout le travail que j’ai effectué en amont et rendre visuel ce qui se passe dans ma tête !

Le brouillon : étape primordiale !

Le brouillon est, comme son nom l’indique, un brouillon ! Il ne faut pas avoir peur de gribouiller, raturer, modifier, gommer… Et il faut garder en tête qu’il n’est pas définitif. Cette étape n’est pas forcément évidente ! J’aimerais, bien souvent, pouvoir brancher mon cerveau à une imprimante afin d’imprimer ce qu’il y a dans mon imagination ! J’avoue que je n’arrive pas toujours à retranscrire ce que je veux !

Brouillon de mon jeu !

Voici donc comment mon stylo, guidé par ma main sous l’emprise de mon cerveau à retranscrit mes idées… Comme vous le constaterez, il n’y a aucun trucage !!

Vous pouvez y découvrir les éléments suivants : un plateau de jeu qui ressemble (un peu) à un hôtel, des cartes recto verso, des clés, un début de règle de jeu… Et comme je vous le disais, un brouillon, c’est raturé, modifié, un peu incompréhensible pour un étranger qui tomberait dessus 🙂 Vous, par exemple ! 😉

Pour ce jeu, une feuille de brouillon m’a suffi. Le thème (les tables de multiplication) est simple, clair et précis. La forme que va prendre le jeu ne va pas être aussi complexe que si je préparais un jeu sur la conjugaison des verbes ou sur l’histoire de France.

Il faut savoir aussi qu’à force de faire des jeux, et donc de voir régulièrement différents plateaux de jeux, cela m’aide à conceptualiser facilement les styles qui pourraient être appropriés au jeu que je souhaite créer. Disons que l’expérience y est pour beaucoup !

Vérifions ensemble si j’ai bien suivi les contraintes que je m’étais fixée !

“Je ne souhaite pas un simple plateau de jeu où on avance son pion de case en case au rythme du dé”  : mon plateau ne fonctionne effectivement pas comme un simple parcours. Vous verrez plus en détail la règle du jeu, mais le dé me fait accéder aux étages de 1 à 6 et 2 dés me permettent de savoir quelles chambres je peux ouvrir.

“L’idéal serait que l’apprentissage se fasse table par table (une partie/une table) et qu’il soit réversible (2 x 5 = 10 mais 10 = 2 x 5)” : au début de la partie, on choisit la table que l’on souhaite apprendre ou réviser. On prend donc les cartes “porte” et les cartes “clé” qui correspondent. Ces cartes sont recto verso. Si l’on choisi le côté “opération” pour les cartes “porte” on prendra le côté “résultat” pour les cartes “clé”, et vise versa. On peut donc faire 2 parties différentes par table.

“Le jeu doit être jouable pour un ou deux joueurs “: A chaque étage, il y a 2 portes donc la place d’accueillir 2 pions. La règle sera un peu modifiée pour un seul joueur. En effet, puisqu’il obtiendra toutes les clés, il devra lancer le dé pour savoir combien de chambre il a le droit d’ouvrir et combien de points il gagnera.

“Je veux que les deux joueurs aient les mêmes chances de gagner à chaque partie” : au cours de la partie, celui qui connaît le plus sa table gagne plus de clés. Il va donc ouvrir plus de chambres et obtiendra plus de trésors. Les cartes trésors rapportent plus ou moins de points. Aussi, un joueur qui n’a qu’une seule clé peut donc obtenir 15 points alors qu’un joueur qui a obtenu 4 clés peut n’obtenir que 6 points !

Vers la concrétisaton

Nous venons d’accomplir les 3/4 du travail ! Ce qui va suivre ne sera plus abstrait. Nous allons pouvoir passer à la mise au propre.

Bien, j’espère que jusque là vous me suivez toujours ! 😉

4e CASE : LA MISE EN PLACE DU JEU PÉDAGOGIQUE

C’est pour ma part le moment le plus… complexe ! Et oui ! On a créé son jeu… mais, ce n’est qu’un bout de papier tout chiffonné, tout raturé ! Et si vous montriez cela à votre entourage, un sourire géant aux lèvres, plein de fierté en proclamant : “regardez ! J’ai créé un jeu pour que Junior apprenne et révise ses tables !   “… Je crois qu’on vous rirait au nez…

Ce passage du brouillon à une version plus propre, plus aboutie, est la plus difficile. Vous allez pouvoir suivre, pas à pas, la naissance de ce nouveau jeu.

Mais une étape importante s’impose avant la véritable mise au propre. Car lorsqu’on créé un jeu pédagogique (ou non), plusieurs questions se posent :

Est-il jouable ? Est-ce qu’il va plaire ? Est-ce qu’il permet les apprentissages définis ?…

Pour répondre à ces questions, il n’y a pas 36 solutions ! Il va falloir le tester.

  1. Je vais donc dans un premier temps faire un prototype à la main, avec un minimum d’investissement dans le matériel : dessin au crayon à papier sur du papier ordinaire.
  2. Baptiste va inviter un ou plusieurs copains à la maison et je vais leur faire tester le jeu. 
  3. Je leur demanderai ce qu’ils en ont pensé et j’interrogerai également les parents pour avoir un retour.
  4. Ce ne sera que si ce petit test est positif que je pourrai mettre au propre mon jeu, en version papier cartonné puis à l’ordinateur.

Le prototype :

En partant de mon brouillon de vais définir ce qui suit :

Le format : A4 / vertical / en livre.

J’ai choisi un format facilement transportable et qui pourra se plier comme un livre. Je prends donc 2 feuilles de papier A4 que je plie en 2, que je place côte à côte et que je vais scotcher au milieu.

Puis, je rabats les 2 côtés afin de faire apparaître la couverture du jeu. Je vais ainsi commencer à y dessiner au crayon à papier la façade d’un hôtel puisque j’ai décidé que le jeu se déroulerait dans un hôtel !

Le nombre d’étages ne sera pas anodin. J’ai besoin de 10 cases pour pouvoir placer les 10 opérations que contient une table de multiplication. Je vais donc faire 5 étages de 2 chambres chacun. Mes 2 couvertures formeront donc un hôtel avec son entrée et ses 20 fenêtres (5 étages fois 4 fenêtres.), comme ceci :

La couverture :

Maintenant que la couverture est faite, ouvrons le jeu. Nous allons avoir la partie gauche, la partie centrale et la partie droite. Voici comment j’ai imaginé le jeu :

Le verso de la partie gauche correspond à l’intérieur des étages. Je vais y faire apparaître le hall de chaque étage.

Pour chacun des étages, je vais créer des cartes “PORTE” avec au recto l’opération (ex : 6×7) et au verso le résultat (ex : 42). Cela va donner ceci

 

 

 

 

La partie centrale du jeu va correspondre à la réception de l’Hôtel. Nous y trouvons un emplacement pour 10 cartes “CLE” qui correspondront à chacune des cartes “PORTE”. Ces cartes “CLÉ” auront les mêmes informations que les cartes “PORTE”. Ainsi, le joueur qui sera devant la chambre dont la porte mentionnera 6×7 devra trouver la clé 42. Ou bien la chambre dont la porte mentionnera 42 devra trouver la clé 6×7.      

Comme la partie gauche, le verso de la partie droite correspond à l’intérieur des étages. Mais je vais y faire apparaître l’intérieur des chambres d’hôtel. Car derrière les portes de ces chambres se trouvent des trésors qui rapportent aux joueurs chanceux des points !

Je créé des cartes “SERRURE”. Le joueur pourra ouvrir autant de portes “SERRURE” qu’il aura gagné de carte “CLÉ”.

 

Voici le jeu ouvert, vide et complet :

Le jeu sans les cartes
Le jeu préparé pour une partie

La règle du jeu :

On choisit les cartes qui correspondent à la table de multiplication que l’on souhaite travailler et on installe le jeu.

Les joueurs rentrent dans l’hôtel. Le premier joueur lance le dé pour savoir à quel étage il doit aller. Arrivé à l’étage, il choisit sa chambre et trouve la clé qui correspond à sa porte. Si la réponse est bonne, il garde la clé et enlève la carte “PORTE”. C’est au joueur suivant de jouer.

Une fois que toutes les clés ont été distribué, les joueurs comptent le nombre de clés qu’ils ont. À tour de rôle ils vont lancer les 2 dés afin de savoir qu’elle carte “SERRURE” ils vont pouvoir ouvrir. Et ce jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de carte “CLÉ”.

Pour finir, ils vont compter les points de leurs cartes “SERRURE”. Celui qui a le plus de points à gagné !

LE TEST :

Le moment de tester le jeu est arrivé !

I/ LES PREMIERS TESTS DU JEU PÉDAGOGIQUE

Dans un premier temps, j’ai proposé à Scooby-Doo de faire une partie avec moi. Il m’avait vu travailler sur ce jeu pendant plusieurs jours et il était impatient de l’essayer !

Dès la première partie, j’ai constaté des petits dysfonctionnements. Le jeu était jouable, mais l’utilisation des dés rendait certains moments du jeu un peu longs.

Je n’ai rien dit à Scooby-Doo qui, sur le moment, ne s’en est pas trop aperçu (nous avions eu de la chance en lançant les dés, il faut dire !).

Il trouvait ce jeu très amusant. Il était très content d’avoir gagné la partie grâce aux points (et donc à la chance 😉 ) alors qu’il avait gagné moins de clés que moi 🙂

Mais une partie avec maman, ce n’est pas vraiment très représentatif !!

Il nous fallait tester avec d’autres enfants

Alors, nous avons décidé d’inviter son copain Julien. Nous en avons parlé à ses parents, nous leur avons expliqué que nous avions besoin de tester un jeu pour apprendre et réviser les tables de multiplication que j’avais créé pour notre blog et nous souhaitions leur accord et celui de Julien pour aire une vidéo ou prendre des photos qui pouvaient être susceptible d’être publiées.

Ils ont eu la gentillesse d’accepter et Julien est venu passer un samedi après midi à la maison.

Voici donc quelques photos de la partie qu’ils ont faite ainsi que leurs commentaires en vidéo.

II/ CONCLUSION DES TESTS DE CE JEU PÉDAGOGIQUE

Et voici en vidéo mon bilan juste après les parties des garçons :

Mon impression lors de ma partie avec Baptiste s’est donc révélée exacte.

Il y avait quelques détails à changer pour une meilleure fluidité du jeu. Et ce genre de chose ne peut se constater qu’en pratiquant le jeu !

Je me suis donc replongée dans mon prototype afin de faire quelques changements. Et après des heures de travail sur mes logiciels de PAO, voici ce que cela donne aujourd’hui :

III/ À VOUS DE JOUER

Ce jeu, je vous le propose en téléchargement gratuit :

En cliquant ici, vous aurez les différentes parties du jeu à imprimer et le mode d’emploi de construction.

 

Ce jeu n’est pas figé. J’entends par là que s’il doit être amélioré, il le sera. Et je ne peux rien faire sans vos retours !

Maintenant que vous pouvez télécharger le jeu, j’espère que vous pourrez faire partager aux visiteurs de ce blog votre expérience ! Et,  biensur,  me faire connaître vos critiques (positives ou négatives 😉 ) qui me permettront d’améliorer ce jeu ! Car le but, vous l’avez compris est que tous les enfants puissent apprendre et réviser leurs tables de multiplication en s’amusant !

Partager sur les réseaux sociaux :
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages

Laisser un commentaire

Téléchargez gratuitement votre livret : "Comment détourner leur jeu de société préféré en vue d'apprentissages scolaires "