Nos astuces pour aider les enfants à apprendre en s’amusant

L’enfant évolue dans le jeu comme un poisson dans l’eau. Il est dans son élément. Et c’est également vital pour son développement. Le jeu est quelque chose d’extrêmement sérieux pour lui. Il développe des capacités, acquiert des compétences, fait des expériences. Car les apprentissages et le jeu sont indissociablement liées chez l’enfant. Ainsi, toutes les activités de la vie quotidienne peuvent être l’occasion d’apprendre en s’amusant, que ce soit la cuisine, le bricolage, même faire ses courses. Il n’est pas forcément nécessaire de mettre en place des outils spécifiques, ni même des temps de travail dédiés.

Quand on fait l’instruction en famille, il est même possible de sortir de tout ce qui est scolaire et imposé, c’est ce qui s’appelle les apprentissages autonomes, ou unschooling. Car si ces activités sont menées dans la bienveillance, l’enfant n’a pas l’impression d’apprendre. Il s’amuse. Et c’est évidemment ce qu’il faut rechercher. Les apprentissages faits avec plaisir sont les meilleurs des apprentissages, car ils vont produire de la dopamine, qui va créer un cercle vertueux des apprentissages. Un peu comme une drogue ou une accoutumance. Tout simplement, si l’enfant y prend du plaisir, il en redemandera. C’est aussi simple que ça.

Mais notre propos n’est pas aujourd’hui de vous démontrer tous les bienfaits des apprentissages ludiques et par le jeu, nous l’avons fait dans d’autres articles, mais de vous donner quelques trucs et astuces pour apprendre en s’amusant. Ce thème nous a été proposé par Gwen du blog Tidudi, qui organise un événement interblogueur, auquel nous participons. Nous allons tout d’abord voir quelles sont les conditions requises pour mettre en place des apprentissages par le jeu, puis nous vous proposerons quelques pistes.

A/ Les conditions requises pour apprendre en s’amusant

Il existe deux grandes manières d’aborder le jeu pour les enfants. La première est le jeu libre. Comme son nom l’indique, il n’y a absolument rien d’imposé, ni même de déterminé. L’enfant y est entièrement autonome. Il découvre, expérimente, modèle, déplace, organise (ou plus souvent désorganise) comme il veut et s’arrête, reprend, change quand il veut. La deuxième manière est ce qu’on appelle le jeu dirigé, dans lesquels on inclut les jeux pédagogiques. Mais je n’aime pas ce terme de jeu « dirigé », car justement, il faut tout faire pour ne pas diriger ni imposer. C’est pourquoi je préfère parler de « jeu accompagné », ou « jeu guidé ». Car ces jeux devront respecter quelques règles pour pouvoir les mettre en place dans de bonnes conditions :

1/ Établir un climat de confiance

Les apprentissages par le jeu ne peuvent être pratiqués que dans le cadre d’une relation bienveillante avec l’enfant. Les enfants sont des personnes avec leur personnalité. Et comme toute personne, ils n’aiment pas être commandés. Il n’est pas question de leur laisser faire tout ce qu’ils veulent, il s’agit d’arriver à établir avec eux une relation de confiance réciproque basée sur la bienveillance. Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter les 5 règles d’or de la parentalité bienveillante.

2/ Ne pas imposer

Ainsi, les activités ludiques que nous vous présentons ci-dessous ne peuvent pas être imposées. Il faut arriver à les suggérer habilement, laisser le choix à l’enfant, tout en l’encourageant à les pratiquer, mais sans imposer. C’est évidemment un équilibre subtil. Trop insister, et l’enfant risque de sentir qu’on lui impose quelque chose. Ne pas assez insister, et l’enfant va préférer se contenter de ses petites habitudes confortables, à savoir sa tablette et la télévision.

Comme toujours, il faut arriver à faire que l’enfant soit le moteur de ses apprentissages. Qu’il soit lui-même demandeur des activités qu’on lui propose. C’est évidemment l’idéal. Mais ce n’est pas toujours possible à faire.

3/ Laisser expérimenter

jeunes filles dans les flaques - Image parPezibear de Pixabay

L’autre travers des parents ou des éducateurs est de vouloir trop en faire. Trop content de la moindre marque d’intérêt de l’enfant pour une activité ou un apprentissage, on s’engouffre dans la brèche en voulant trop expliquer. Il faut savoir là aussi laisser un grand espace de liberté à l’enfant et le laisser expérimenter par lui-même, comme dans les apprentissages autonomes. L’adulte ou l’éducateur ne répondra qu’aux questions posées par l’enfant, et surtout en faisant bien attention à ne pas trop en dire. Là aussi, il faut arriver à doser sa présence. Ni trop présent pour ne pas donner l’impression d’imposer ou de surveiller, pas absent non plus pour ne pas laisser l’enfant totalement livré à lui-même. Là aussi, c’est un équilibre subtil à trouver qui demande un peu d’expérience.

4/ Savoir s’arrêter

Même quand l’enfant a décidé de faire une activité, il a une capacité d’attention et de concentration limitée, et qui varie évidemment en fonction de l’âge, mais aussi en fonction de l’enfant et de ses habitudes. Plus l’enfant fait d’activités différentes, plus il aura envie d’en faire. C’est là aussi un cercle vertueux. Mais il faut savoir reconnaître et accepter le moment où l’enfant « en a marre ». Et ne pas insister. Lui proposer de faire une pause, pour voir s’il veut y revenir plus tard, ou arrêter complètement l’activité, même si elle n’est pas finie selon nos critères d’adultes.

B/ Quelques activités pour apprendre en s’amusant

Maintenant que ces bases sont mises en place, presque toutes les activités peuvent servir de support à des apprentissages, des jeux ou des expérimentations. Notons d’ailleurs au passage que l’enfant ne fait aucune distinction entre ces trois notions. Pour lui, le jeu permet d’expérimenter, et c’est aussi l’occasion d’apprentissages. Nous allons vous en proposer quelques-unes, sachant que la liste est loin d’être exhaustive.

1/ Jouer, jouer et encore jouer pour apprendre en s’amusant

La première chose qui vient à l’esprit, ce sont les jeux. Tous les jeux, ou presque peuvent être le support d’apprentissages. Mais leur choix dépendra un peu de l’âge et des objectifs recherchés. Nous allons tenter de les classer par catégories, même si la limite n’est pas forcément aussi stricte qu’il y paraît :

a) Des jeux pour les tout-petits

Le jeu est le premier support d’apprentissage pour les nouveaux-né, aussi bien les mobiles tactiles où l’enfant va pouvoir découvrir les premières sensations, que les jeux de construction qui lui permettrons d’expérimenter que les porteurs qui vont développer sa motricité, etc. À partir de deux à trois ans, l’enfant va pouvoir commencer à dessiner, à expérimenter la pâte à modeler, et surtout à comprendre et à respecter une règle du jeu, et l’éventail des choix et des jeux possibles va encore s’élargir. Nous vous proposons une petite sélection de jeux éducatifs pour les 2 à 3 ans.

b) Les jeux de société

Des jeux de société pour apprendre en s'amusant.

Au fur et à mesure que l’enfant grandit, l’enfant va pouvoir s’intéresser à de plus en plus de jeux. Viendront tout d’abord les dominos, les jeux de memory, et les jeux de 7 familles, qui peuvent être là aussi utilisés pour des apprentissages plus poussés, comme ces jeux de 7 familles pédagogiques.

Les jeux de société permettent à l’enfant d’apprendre en s’amusant. Certains vont pourtant être plus pédagogiques que d’autres. Tous les jeux d’argent permettent d’apprendre à compter et à rendre la monnaie, mais de manière plus spécifique, le jeu Mathador va développer le calcul mental, le Scrabble Junior et le Booggle permettent d’apprendre l’orthographe, et tous les jeux du genre Trivial Pursuit permettent de développer des connaissances.

De nombreux jeux pédagogiques sont édités et distribués dans le commerce. Ils permettent de travailler presque toutes les notions et les matières. Vous trouverez énormément de choix de jeux pédagogiques dans tous les domaines et pour tous les niveaux comme par exemple :

  • « Je comprends tout ! » pour apprendre la conjugaison.
  • «  L’ours savant apprend à compter », pour apprendre à compter. C’est d’ailleurs un des jeux que notre fils aimait beaucoup.
  • «  Énigmes Villes et Pays » pour apprendre la géographie.
  • «  Cartatoto, Histoire » pour apprendre l’histoire,
  • Vous trouverez également de nombreux jeux pédagogiques sur le site : savoir jouer. Ils sont conçus pour des orthophonistes. Et ils abordent des notions très précises en vue d’une rééducation. Mais ils peuvent parfaitement être utilisés dans un cadre plus général, hors de tout éventuel problème détecté chez l’enfant.
  • Vous trouverez également un jeu pour apprendre l’anglais à partir de 8 ans, dans la collection « Brainbox, Apprenons l’anglais ».

Ce ne sont que quelques exemples parmi un éventail très conséquent de jeux pédagogiques. On constate qu’ils permettent déjà d’apprendre beaucoup de choses. Mais il est possible d’aller encore plus loin :

c) Détourner des jeux.

Peut-être que les jeux pédagogiques du commerce sont trop chers, ou que vous ne trouvez pas exactement la notion, le niveau, le contenu que vous voulez. Qu’à cela ne tienne, il est toujours possible de prendre un jeu, de préférence un jeu que votre enfant aime bien, d’en détourner la règle, et d’y introduire la notion que vous voulez y introduire. Vous découvrirez tous les détails de cette méthode dans notre livret : « Comment détourner leur jeu de société préféré en vue d’apprentissages scolaires ». N’hésitez pas à le télécharger si ce n’est pas déjà fait !

Voici quelques exemples de détournement de jeux que nous vous proposons :

Et la liste n’est pas exhaustive.

d) Créer des jeux pédagogiques

Et enfin dernière étape pour avoir un jeu encore plus spécifique et plus adapté : le créer soi-même. Vous pourrez apprendre comment faire dans cet article. Voici quelques exemples de jeux que nous avons réalisés :

Si vous avez des envies de jeux pédagogiques spécifiques, n’hésitez pas à nous faire part de vos envies dans les commentaires. Si vous êtes suffisamment nombreux pour le même type de jeu, nous réaliserons une création spécialement pour vous.

e) Jouer à des jeux vidéo pédagogiques,

L’utilisation et l’usage des jeux vidéo par les enfants sont très controversés. Ils doivent évidemment être limités et surveillés. Car il est en effet avéré que les jeux vidéo créent une forme d’addiction. Mais sous ce prétexte, il serait dommage de se priver d’une ressource qui permet elle aussi d’apprendre en s’amusant. Il existe en effet de nombreux sites de logiciels éducatifs, dont les plus connus sont :

  • Logiciels éducatifs. Ce site répertorie tous les jeux par niveaux et par matière et offre donc un support intéressant et précieux pour apprendre ou réviser les matières scolaires de la maternelle au collège.

  • Jeux ieducatifs. Un peu moins fourni que le précédent, il offre néanmoins de nombreux jeux pédagogiques gratuits en ligne pour les enfants de niveau maternelle et primaire.

f) Faire des escapes-games

Un escape game pour apprendre en s'amusant

L’équivalent en français est jeu d’évasion. Les participants sont enfermés dans une pièce et doivent collaborer pour résoudre les énigmes qui vont leur permettre de sortir dans un temps imparti. Il existe de nombreuses salles en grandeur nature un peu partout en France, chacune plongeant les participants dans un univers particulier, grâce au décor et à l’ambiance sonore.

Mais il est également aussi possible d’organiser des escapes games à la maison. Ce qui est à la fois plus simple et plus pratique quand on a des enfants. Plusieurs sites proposent des kit à imprimer, et notamment Tidudi, dont nous apprécions particulièrement le graphisme et la jouabilité. Ils sont spécialement conçus pour les enfants, et permettent d’apprendre en s’amusant.

2/ Cuisiner

Mais les jeux ne sont pas les seules activités qui permettent d’apprendre en s’amusant. Par exemple, la cuisine est une excellente activité à faire avec les enfants. Notamment les gâteaux. Car cela leur permet de voir et surtout d’en apprécier le résultat rapidement. Les enfants, encore plus que les adultes, ont besoin de comprendre pourquoi ils font les choses. Une recette de cuisine permet de mettre en place tout un ensemble de processus assez complexes dans un objectif tout à fait précis et parfaitement compréhensible par l’enfant.

Là aussi, en fonction de l’âge de l’enfant, on pourra lui confier plus ou moins la réalisation des tâches, toutes étant évidemment pédagogiques puisqu’il s’agit de :

  • Lire la recette, ce qui permet l’enfant de s’entraîner à la lecture.
  • Préparer les ingrédients,
  • Peser, faire des conversions, calculer des proportions,
  • Utiliser des outils pour mélanger, malaxer, touiller,
  • Cuire, mettre au four, calculer des temps,
  • Puis enfin déguster.

Il est évident que s’il s’agit d’un gâteau, l’enfant sera motivé pour faire la recette et sera content de le déguster. Mais inversement, une recette composée de légumes, mais auquel l’enfant aura participé, pourra l’inciter au moins à goûter le plat, si ce n’est à l’apprécier.

3/ Bricoler et faire des activités manuelles

Encore plus que la cuisine, ces activités devront bien évidemment être particulière encadrées et surveillées. Et avant que l’enfant acquière des automatismes, et des réflexes de sécurité, il ne sera pas question de le laisser jouer tout seul avec les outils de bricolage de papa.

Mais notre enfant a une petite boite d’outils de bricolage, avec lesquels il fait ce qu’il veut. Il lui arrive de temps en temps de passer dans la maison pour demander s’il n’y a pas des choses à réparer.

Sa perception de la réparation n’est évidemment pas la même que celle de l’adulte, et il est sûr qu’avant dix ans, il est difficile de lui faire travailler du bois.

4/ Faire des sorties dans la nature

Pour l’enfant, faire une sortie dans la nature est une excellente occasion de bouger, courir, de se dépenser, mais aussi d’observer, d’expérimenter et d’apprendre. À condition encore une fois de comprendre et de s’adapter à son rythme et à ses envies, qui seront évidemment différents en fonction de l’âge et de chaque enfant.

Plusieurs activités peuvent ainsi être proposées à l’enfant, et fonction de son âge et de sa motivation :

  • Réaliser un herbier de feuilles, de fleurs, de plantes sauvages,
  • Construire une cabane,
  • Capturer et/ou photographier des insectes,
  • Lire une carte, pour arriver à lire des échelles,
  • Utiliser une boussole pour comprendre les angles,

Si vous ne savez pas trop comment organiser votre sortie nature, vous trouverez d’excellents conseils sur le site d’Éveil et Nature, qui révélera certainement le passeur de nature qui sommeille en vous !

5/ Confectionner un lap book,

Un lapbook est un cahier réalisé par l’enfant sur un thème ou une activité choisie. Il peut être créé à partir de zéro, bien être réalisé à partir de modèle pré-établi. Le lapbook est un outil idéal pour mémoriser, car il permet de garder une trace des apprentissages de manière ludique et attrayante. Il permet également de développer la créativité de l’enfant, car on peut y trouver aussi bien du texte, que des dessins, que des fiches, des cartes, des pliages, des pages animées. Les possibilités sont aussi riches que l’imagination le permet.

Si vous voulez en savoir plus sur les lapbook, et comment en réaliser un avec votre enfant, suivez les conseils d’Anne-Estelle.

6/ Établir des cartes mentales,

Les cartes mentales, également appelées cartes heuristiques, cartes cognitives, cartes des idées ou mind-mapping sont également d’excellents outils pour apprendre en s’amusant. Elles ont de nombreuses vertus. Elles permettent de :

  • organiser et de structurer sa pensée,
  • apprendre et/ou de réviser des leçons,
  • réaliser des classifications,
  • trouver des idées,
  • faire ressortir des points importants.

Les cartes mentales sont tout à fait adaptées à l’enfant, et comme pour les lapbook, il est possible de les créer soi-même, ou bien d’utiliser des modèles déjà imprimés. Vous trouverez plus de détails sur les cartes mentales, avec de nombreux exemples sur cette page du CNDP.

7/ Réaliser des expériences scientifiques

La meilleure manière d’apprendre est d’expérimenter soi-même. C’est particulièrement vrai pour les disciplines scientifiques. Enseignées de manière abstraite, l’enfant a du mal à comprendre les concepts et les résultats. Mais s’il peut lui-même mélanger des ingrédients simples, et observer ce qui se passe, quel plaisir pour lui. C’est là aussi d’un excellent moyen d’apprendre en s’amusant.

Vous trouverez de très nombreux exemples d’expériences à réaliser avec votre enfant sur le site Les parents créatifs, dont la devise est justement « s’amuser en apprenant » ou celui des petites expériences scientifiques.

8/ Participer à une chasse au trésor

Chasse au trésor pour apprendre en s'amusant

Au-delà du côté ludique à l’occasion d’un anniversaire ou d’une sortie, les chasses au trésor peuvent également être utilisées dans l’objectif pédagogique d’apprendre en s’amusant. Car elles permettent à l’enfant de s’impliquer dans ses apprentissages. En effet, il participe à une aventure dont il devient lui-même le héros, il doit ensuite résoudre des énigmes, suivre un jeu de piste et effectuer de nombreux travaux pratiques.

C/ Peut-on tout apprendre en s’amusant ?

La liste des activités pourrait s’étendre à l’infini. Nous pourrions ajouter toutes les activités artistiques, créatives qui permettent également d’apprendre en s’amusant. C’est d’ailleurs la philosophie des « écoles de la vie », qui se prolongent jusqu’à l’âge adulte. Car toutes les activités sont l’occasion d’apprentissages et de découvertes, si l’on parvient à conserver son âme d’enfant, et la curiosité qui l’accompagne. Comme le dit André Stern, qui se qualifie lui-même de grand enfant de 40 ans, il continue encore à jouer. Et c’est peut-être aussi pour cette raison qu’il conserve tout son enthousiasme et sa joie de vivre.

On pourrait même considérer qu’il est possible de tout apprendre en s’amusant. Dans cette optique, nous ne nous pouvons qu’encourager les enfants à jouer le plus souvent et le plus longtemps possible, et donnons leur le plus possible l’occasion de le faire. Car c’est certainement le meilleur moyen de les aider à développer leurs capacités d’attention, de concentration, mais aussi leur créativité et leur imaginaire. Bref, cela leur permet de développer au mieux leur personnalité et leurs capacités.

Et vous, comment aidez-vous vos enfants à apprendre en s’amusant ? N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences dans les commentaires et à nous laisser des suggestions pour des créations de jeux pédagogiques.

Partager sur les réseaux sociaux :
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

Laisser un commentaire

Téléchargez gratuitement votre livret : "Comment détourner leur jeu de société préféré en vue d'apprentissages scolaires "